La formation des buttes 


Plusieurs facteurs sont à considérer avant la plantation de la fraise d’automne. Tout d’abord, il faut un sol bien drainé et plutôt sablonneux avec un taux d’acidité adéquat. À l’aide d’analyses de sols, nous nous assurons d’avoir les meilleures conditions possibles. Un autre facteur très important c’est l’attente de deux à trois ans après une récolte avant même de penser à replanter au même endroit, ceci afin d’éviter les maladies potentielles.

Tôt au printemps, tracteurs et machineries sortent de l’hibernation pour tirer les buttes dans les champs choisis. Une fois les buttes faites, nous installons un système d’irrigation goutte à goutte et l’enveloppons d’un plastique noir biodégradable.

Par la suite, des trous sont percés dans le plastique, à intervalles réguliers pour accueillir les futurs plants. Tous nos plants de fraises sont plantés à la main par notre main d’œuvre québécoise et étrangère. Ces plants se nourrissent directement par les racines grâce au système goutte à goutte qui est relié à un filtreur
 
Le filtreur cœur de la plantation
Le filtreur, cœur de la plantation est un système très efficace et innovateur dans la gestion de l’eau. Nous n’utilisons que l’eau nécessaire donc aucun gaspillage. Il filtre et élimine tous les déchets et résidus de l’eau et distribue la nourriture aux plants de façon à ce que la récolte soit de qualité supérieur et des plus abondante.


Le filtreur est relié à un gros tuyau, qui à son tour, est relié à une pompe qui puise l’eau d’un lac artificiel. Il faut s’assurer d’avoir le bon matériel pour que l’eau et l’engrais soient en mesure de se rendre d’un bout à l’autre du champ afin que chaque plant ait les éléments nécessaires à son développement. La plasticulture s’avère être une technique très sophistiquée et très coûteuse.

Un champ fraîchement planté ! 


 
La grosseur et la hauteur des buttes sont déterminantes pour notre production. Tout est pensé pour conserver la chaleur à l’intérieur de celles-ci pour l’obtention d’une récolte hâtive. La nourriture se rend ainsi plus efficacement aux bons endroits et la cueillette est de loin facilitée.
Après la plantation, deux mois d’attente sont nécessaires avant le début de la récolte. Entre-temps nous devons désherber, prendre soin des plants et voir à ce qu’aucune maladie et insecte ne s’établissent. Il faut aussi s’assurer d’une pollinisation adéquate, car si le vent n’est pas suffisant pour faire un bon travail, la qualité et la quantité des fruits en seront touchées. Il faudra alors un nombre important d’insectes pollinisateurs, tels que les abeilles ou les bourdons vivant près des champs, ou alors incorporer ces insectes à l’aide de ruches artificielles.

Enfin, nous commençons la récolte en juin pour terminer fin septembre. 

C’est définitivement la période la plus exigeante car elle ne nous laisse aucun répit pendant ces quatre mois.



 Et voici le produit final en kiosque !